Evaluation sociétés et patrimoines • Divorce • Succession

L’évaluation financière de la société et les risques

L’enjeu : qu’entend-ton par « risques d’entreprise » ? Pour quelles raisons une entreprise comporterait-elle des risques ?

L’évaluation financière de la société et les risques - Patrice Rond expert financier

Le risque d’entreprise

L’évaluation financière de la société doit prendre en considération les risques qu’elle encourt, que ces risques soient d’ordre juridique, managérial ou social, commercial ou encore stratégique. Qu’il soit commerçant, artisan, profession libérale, professionnel de santé, créateur, chef d’entreprise, tout entrepreneur court un risque. Ce risque est inhérent à la vie même de la société dont il est difficile d’affirmer qu’elle perdurera, qu’elle reconduira les volumes d’affaires réalisés dans le passé, qu’elle ne subira pas un contentieux client particulièrement douloureux, qu’elle ne sera pas victime d’un concurrent aguerri ou peu scrupuleux. Les profits potentiels futurs et les incertitudes liées à l’avenir doivent être passés en revue, analysés au travers de grilles de lecture. Ces risques peuvent être répertoriés en 4 catégories principales constituées par le niveau qu’ils représentent, qu’ils portent en eux.

 

1. Le risque présenté par la société est élevé

Un risque est élevé lorsque la société encourt des risques susceptibles de remettre en question sa pérennité à court terme. Les indicateurs économiques et financiers de la société se dégradent dangereusement et rapidement : le taux de marge d’exploitation (ratio résultat d’exploitation / chiffre d’affaires) ne cesse de se dégrader, le taux de marge nette (ratio résultat net / chiffre d’affaires) est négatif, la structure des coûts d’exploitation révèle des postes de charges qui explosent littéralement. Le marché sur lequel se positionne la société se trouve en retournement.

 

2. Le risque présenté par la société est important

Un risque est important si l’entreprise se trouve confrontée à des risques en progression qui ne remettent toutefois pas encore en cause sa survie : par exemple, l’analyse de l’activité traduit des tensions de chiffres d’affaires, une saisonnalité plus marquée que celle de son secteur économique d’activité de référence, le délai de règlement des clients (day of sales outstanding) s’allonge.

 

3. Le risque présenté par la société est modéré

Un risque est modéré lorsque les forces qu’il implique l’emportent sur les faiblesses susceptibles de survenir. Par exemple, une nouvelle orientation commerciale est décidée à partir d’un investissement effectué dans un nouvel outil de production. L’analyse du nouveau marché ainsi à conquérir, les débouchés de vente escomptés permettent d’envisager sereinement un chiffre d’affaires certes non encore réalisé mais prévisible. La société peut certes se tromper, mais le risque encouru est connu et acceptable car la société dispose de réserves suffisantes de trésorerie.

 

4. Le risque présenté par la société est faible

Un risque est faible lorsque les indicateurs économiques, financiers sont encourageants et le demeureront dans un avenir prévisible en fonction du business plan établi, du budget dont les réalisations suivent les hypothèses retenues.

 

Bon à savoir : tout système de graduation des risques présentés par la société permet de positionner l’entreprise et d’estimer la qualité des choix et des orientations prises par son management