Evaluation sociétés et patrimoines • Divorce • Succession

Évaluer financièrement une petite entreprise par ses dividendes ?

L’enjeu : peut-on évaluer financièrement une petite entreprise uniquement par les dividendes distribués ? Comment évaluer une société qui ne procède pas à une distribution de dividendes ?

Evaluer financièrement une petite entreprise par ses dividendes

Les entreprises françaises « type »

La structure de l’économie française se comporte majoritairement de petites sociétés – généralement familiales – organisée autour d’un homme ou d’une femme « clé », véritable chef d’orchestre de l’entreprise, comptant moins de 10 collaborateurs.

 

L’arbitrage du dirigeant entre rémunération et dividendes

Si le dirigeant dispose des pouvoirs juridiques, il procède généralement à un arbitrage entre la fixation de son niveau de rémunération, l’octroi d’une prime de fin d’année et le versement ou non de dividendes prélevés à partir du bénéfice. Le résultat net de la société se trouve, dans ces conditions, réduit ou augmenté d’autant en fonction de ces arbitrages effectués par le dirigeant. Par conséquent, lorsque la société est bénéficiaire, la question se trouve soulevée de savoir si une partie de ce résultat peut faire l’objet d’une distribution de dividendes aux associés / actionnaires.

 

Le taux moyen de distribution de dividendes des entreprises françaises

Dans les faits, le taux moyen de distribution de dividendes des sociétés est faible, non seulement au niveau national mais également au niveau européen. De plus, dans la mesure où la majorité des petites sociétés ne procèdent pas à la distribution d’un dividende, il est, dans ces conditions, difficile de les valoriser financièrement en fonction ces dividendes qu’elles distribuent. De plus, notons bien avec toutes les réserves qui s’imposent dans un tel cas que, plus le taux de distribution de dividendes d’une société est élevé (il s’agit du ratio « Dividendes / Bénéfice net »), plus la croissance future de ses résultats peut être faible dans la mesure où la société dispose de moins de liquidités pour investir dans le renouvellement de son outil de production.

 

Bon à savoir : le taux de distribution de dividendes n’a aucune signification sur la valorisation financière de la société concernée. Autrement formulé : ce n’est pas parce qu’une entreprise ne distribue pas, de manière récurrente, de dividendes à partir de son résultat bénéficiaire normatif ou moyen, qu’elle ne vaut rien sur le plan financier.