Evaluation sociétés et patrimoines • Divorce • Succession

Évaluation d’entreprise et transformation numérique

L’enjeu : la transformation numérique de l’entreprise induit-elle des conséquences sur l’évaluation financière de l’entreprise ?

Evaluation d’entreprise et transformation numérique - Patrice Rond

La révolution digitale

Au travers des sites, des réseaux sociaux, la révolution numérique et technologique concerne les particuliers, les entreprises, la société de manière générale. Les métiers des entreprises, leurs modèles économiques, leurs manières de réaliser un chiffre d’affaires, de générer une profitabilité, sont entrainés par cette mutation profonde. Ces évolutions technologiques concernent toutes les entreprises mais certaines d’entre elles s’en trouvent davantage affectées : il s’agit, notamment, des sociétés de petite taille, anciennes, installées sur des métiers traditionnels, qui ne sont pas prêtes à être cédées et qui se trouvent encore moins disponibles pour le passage au numérique.

 

La révolution digitale et l’entreprise

Sur le plan financier, ces sociétés dégagent peu de profits quand elles ne se trouvent pas en pertes ou que leurs résultats sont tout juste à l’équilibre. De telles sociétés peuvent être évaluées financièrement en fonction des cash-flows futurs qu’elles génèrent – ces cash-flows demeurent faibles – mais leur valorisation globale demeure peu élevée. La question se trouve posée de savoir si de telles entreprises peuvent être transformées en sociétés rentables lorsqu’elles sont reprises par des investisseurs spécialisés en digital ? Le passage au numérique ne permet pas nécessairement à l’entreprise traditionnelle de renouer avec des bénéfices substantiels. Cependant, l’association du digital et du métier, du business model de la société traditionnelle au savoir-faire spécifique artisanal, industriel ou de prestation de services peut permettre à l’entreprise de devenir rentable, voire encore davantage rentable.

 

La révolution financière de l’entreprise

Le digital ne s’apprend pas nécessairement mais il constitue, avant tout, un comportement, un savoir être de l’entrepreneur empreint de curiosité, d’analyse du métier, des concurrents et du secteur et des attentes des clients en perpétuelle évolution. C’est grâce à cette attitude nouvelle impulsée en permanence par l’homme clé de la petite société généralement d’essence familiale que l’entreprise va progresser dans le monde des technologies. La valorisation financière de l’entreprise s’en trouve alors bonifiée car les approches traditionnelles d’estimation financière des sociétés doivent prendre en compte cette révolution numérique mise en œuvre en permanence par l’entrepreneur.

 

Bon à savoir : quelle que soit la taille ou le secteur économique de la société qu’il s’agit de valoriser financièrement, le diagnostic général qui précède la phase d’évaluation doit prendre en considération le degré d’assimilation et de pratique de la révolution numérique. L’innovation influe de plus en plus sur la valeur immatérielle de la société. C’est la raison pour laquelle l’évaluateur ne peut plus ignorer la dimension immatérielle de l’entreprise qui progresse constamment, notamment grâce à la révolution numérique.